BlueBeijing


Petit tour de ricksaw dans les Hutongs (胡同)

Posted in Vie quotidienne à Beijing par laura sur 29 novembre 2010

Quand on nous demande un des aspects que l’on préfère dans Beijing, notre réponse n’est pas « les musées, la glaciale Cité Interdite (véritable ode à une architecture écrasante de pouvoir), la Grande Muraille… » mais bien la vie quotidienne !

Après concertation avec le 50% qui vit la même aventure que moi, c’est bien les Hutongs que nous préférons à Beijing ou plus précisément les moments de vie que nous pouvons y apercevoir à tout moment de la journée. Selon notre cher Wikipedia (inaccessible en Chine sans un tour de passe-passe), un Hutong est un ensemble constitué de passages étroits et de ruelles sur les cotés desquels on trouve des Siheyuan (des habitations organisées autour d’une cour carrée dans laquelle est souvent planté un arbre), sachant que dans la réalité, ces demeures sont aujourd’hui partagées entre plusieurs familles, ce qui fait parfois ressembler les Hutongs à un grand bazar !

L’entrée de notre école qui est située dans un Hutong de Guloudajie

La cour de notre école, représentative des siheyuan (cour carrée)

Certains Hutongs sont plus pauvres que d’autres et il n’est pas rare de voir des habitations sans réelle porte ou avec une simple couverture en guise de cloison ou encore avec un enchevêtrement d’objets de toute sorte (bout de bois, chaises rouillées) assemblés afin que le tout constitue une sorte de mur. La température avoisinant les – 20 ° l’hiver, vous pouvez imaginer la dureté d’un tel mode de vie.

Beijing a ca de merveilleux que l’on peut se perdre dans ses dédales de Hutongs et flâner dans des quartiers entiers composés de ses maisons de briques grises qu’égaillent des motifs, des portes de couleurs rouges.

Mais d’ailleurs, pourquoi les Hutongs sont gris ? La réponse est à la fois simple et terrifiante, figurez vous qu’un Empereur avait eu la sombre idée de confisquer la couleur au peuple (rien que ca, imaginez si moi demain je décide de confisquer les plans en 2 parties et 2 sous-parties aux étudiants en Droit !)

Pourquoi autant aimer les Hutongs ? Car à n’importe quelle heure du jour, on y trouve de l’animation, de la vie, des conversations, des jeux, des animaux se promenant (chiens, chats, coqs…), des voitures essayant avec peine de se frayer un passage, des hommes tirant des charrettes pour récolter du bois, des ordures ou pour vendre des bières, des poissons, de la viande…

On trouve de tout dans les Hutongs et cette diversité est fantastique. Il ne s’agit pas ici de jouer à « Tintin en Asie » (Milou ayant été transformé en rôti J) mais s’assoir sur le trottoir sur une chaise de fortune en buvant une Tsingtao et en dégustant des brochettes grillées n’a pas de prix. C’est exactement ces moments là que nous aimons dans Beijing et que je voulais vous faire partager par quelques photos.

 *

* *

 Alors faisons ensemble un petit tour des Hutongs si vous voulez bien m’accompagner dans cette promenade :

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Le nom de Hutong apparait au cours de la dynastie Yuan  (13°), les Hutongs se sont ensuite développés mais depuis quelques années, le mouvement a pris le chemin inverse et les Hutongs sont en voie de disparition pour faire place à des grands immeubles sans saveur ou des centres commerciaux, parkings….

Toutefois, ce débat n’est vraiment pas simple car en effet, les conditions de vie dans un Hutong, bien que pittoresque aux yeux du touriste – « Oh Chère Germaine (Roger, notre personnage fétiche est actuellement en vacances), comme c’est cocasse, on voit par l’entrebâillement de cette habitation un enfant se faire laver dans une bassine d’eau ! Mais pourquoi ces gens font-ils de la sorte ? » – ne sont pas faciles. Beaucoup de Hutongs n’ont pas d’eau courante ni de toilettes, ce qui explique pourquoi la ville est organisée de telle manière que vous n’avez pas à marcher plus de 5 minutes avant de trouver des toilettes publiques.

Ainsi, le débat ne peut pas se résumer à un choix binaire : préserver ou détruire, la voie de l’amélioration de l’habitat peut aussi être envisagée (apport de l’eau courante…).

A Beijing, le gouvernement semble avoir déjà fait son choix et avoir choisi la destruction : les habitants sont avertis seulement un couple de mois à l’avance que le Hutong où ils résident sera détruit (le signe : à détruire  est inscrit sur le Hutong), les habitants sont « encouragés » (oh, le doux euphémisme, vous pouvez presque imaginez des colombes blanches volant entre mes mots) à se reloger ailleurs, souvent après le 5° périphérique où surgissent en plein champ des cités entières sans vie locale.

Un déménagement que le Gouvernement encourage à grand coup de publicité étatique : ainsi, le quartier de Chaoyang se pare de belles pancartes annonçant la construction d’un « CIVILIZED CHAOYANG »…

Il est inutile de dire que si certains sont satisfaits de troquer leur maison souvent insalubre pour le confort d’un appartement tout équipé, d’autres voient avec tristesse le jour où ils devront quitter la maison où réside leur famille depuis plusieurs générations.

En à peine quelques jours, des maisons sont vidées de leurs occupants, éventrées, et disparaissent à coup de bulldozer pour qu’enfin commence la construction du Centre Commercial scintillant, du Parking providentiel, du KFC tant rêvé…C’est exactement ce qu’il s’est passé dans le quartier de Guloudajie (un quartier pourtant touristique) et il y a même pour projet d’y construire un musée sur les Hutong (difficile de faire plus ironique) 

Le Hutong en face de notre école qui a été détruit

Ce qui remplace les Hutongs

Enfin, tout ceci pour dire que si vous voulez vous promener dans les Hutongs, il est plus que temps de venir faire un tour à Beijing.

Publicités

Une Réponse to 'Petit tour de ricksaw dans les Hutongs (胡同)'

Subscribe to comments with RSS ou TrackBack to 'Petit tour de ricksaw dans les Hutongs (胡同)'.

  1. laura said,

    Wiki est inacessible en Chine mais c’est également le cas de la recette du coq au vin (promis c’est vrai) et on comprend bien pourquoi : quoi de plus subversif que des petites carottes et des onions mijotant avec des cuisses de poulet dans du vin rouge !
    louis


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :